Avertir le modérateur

18/08/2011

Rallycross Europe : Pailler flirte avec les sommets !

pailler jl portrait lydden 2009.jpgknapick herve faleyras 2011 207 pailler competition n25.JPGJean-Luc Pailler et Valkenswaard entretiennent une relation particulière. Sur un circuit aux conditions de sécurité douteuses, le champion d'Europe 1993 s'est toujours montré à son aise sur l'Eurocircuit.


 Recalé du calendrier européen depuis le terrible crash de Morten Bermingrud lors de la saison 2008, le tracé néerlandais faisait son retour dans le giron du championnat d'Europe.

Autant le dire tout de suite, si ce n'est l'ajout du tour alternatif, bien (trop?) peu de choses ont évolué à Valkenswaard. Même le talus dans lequel Bermingrud s'était encastré, voici trois saisons est toujours là, seulement "protégé" par un simple rail de "sécurité". Sans parler des murets en béton, sur lesquels Michaela Kalna frôlait le drame au départ de la première manche qualificative du samedi.

Pourtant, si Jean-Luc, en fervent défenseur de la sécurité sur les circuits, ne goûte guère à ce laxisme généralisé, le pilote de la Peugeot 207 a, néanmoins, fait de Valkenswaard son terrain de jeu favori.

Vainqueur à quatre reprises entre 2001 et 2008 [Jean-Luc était absent en 2007], le breton est également monté deux fois sur une des deux marches restantes du podium.

Pourtant, la pluie, venue perturber le meeting, et qui ne cessera d'ailleurs de s'abattre jusqu'au terme des manches qualificatives, n'annonçait pas une partie facile.

Hors du Top 10 lors des essais, Pailler sortait de sa boîte sitôt la première manche venue. Troisième temps derrière Isachsen et Lysen, même Hunsbedt ne résista pas longtemps à la vélocité de la Peugeot 207 dans ces conditions, accusant près de 10 secondes de retard à l'arrivée sur … quatre tours ...

Si la seconde manche, conclue dans les échappements de Timerzyanov se soldait par un 8ème temps, en partie imputable à Sverre Isachsen, qui jugeait bon de rester dans la trajectoire en dépit d'une transmission en piteux état, Pailler en remettait une couche pour s'assurer de la troisième meilleure performance globale du meeting avant la Finale A.

Alors que la pluie s'était subitement arrêtée dès l'issue des manches qualificatives, le retour à des conditions de piste sèche n'allait malheureusement pas favoriser le départ de la Peugeot 207.

Coincé par le poleman Michael de Keersmaecker pendant les six tours de la Finale A après un départ moyen, Jean-Luc devait finalement se contenter d'une cinquième place. Une performance légèrement en retrait, en comparaison de manches qualificatives solides.

« Je voulais faire un podium ici, mais j'étais en pneus slicks et j'ai trop patiné au départ. Je me suis retrouvé derrière. Je n'allais pas me mettre à pousser tout le monde pour récupérer des places. Je tenais à rester correct sur la piste comme je l'ai toujours fait par le passé. J'ai tout essayé pour passer de Keersmaecker qui n'avançait pas, mais je ne voulais surtout pas le toucher » avouait Jean-Luc, un brin déçu de ne pas avoir été en mesure de rejoindre le podium.

Peu importe pour Jean-Luc Pailler. En une seule épreuve seulement, le pilote de la Peugeot 207 aux multiples titres de champion de France vient de faire oublier son douloureux début de saison sur le front continental.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu