Avertir le modérateur

18/06/2011

Rallycross France (Lavaré) : Un début de saison réussi ...

affiche-2011-AFOR LA BONE.jpgolivier david dreux 2011 2.jpgCircuit, glace et maintenant Rallycross, la structure Olymeca de Jean Olivier aura de manière générale, toujours transformé en or ce qu'elle touchait. Dernier exemple en date, la qualification de la Renault Twingo Super1600 en Finale A de la manche Française du Championnat d'Europe, à Essay, ainsi que la prise de pouvoir du championnat de France de Rallycross à l'issue de la manche de Châteauroux.


Un épisode européen que le patron d'Olymeca n'est pas prêt d'oublier, quelques mois seulement après avoir conquis la place de vice-champion de France de Rallycross avec une Dacia Logan Super1600, pourtant suspecte, quant à son potentiel sportif. Avec la double satisfaction, notamment, d'avoir dominé de la tête et des épaules la Renault Twingo "jumelle" de la structure Set Promotion, emmenée par le pilote russe, Ildar Rakhmatullin, relégué pour sa part dans les profondeurs de la catégorie Super1600.

jezan olivier.JPG"D'abord ce fut une surprise ! On avait un sacré à challenge à relever face à l'autre Renault Twingo d'Ildar Rakhmatullin et c'est certain qu'on voulait être devant ! On a été surpris par le niveau car il y avait quand même beaucoup de français dans les dix premiers, ce qui prouve la valeur du championnat de France. Ensuite, on savait qu'on avait une voiture rapide car dès la première manche de Dreux, on avait à peine posé la voiture par terre qu'elle était déjà dans le rythme. On a réussi à être devant tout de suite en faisant jeu égal avec Bossard qui a quand même prouvé sa valeur en Europe" précise Jean Olivier.

Si la Renault Twingo de David Olivier n'a toujours pas remporté son premier succès, la monture construite dans l'atelier familial s'est, en revanche, montrée la plus régulière depuis le début de saison. Certes, l'absence de Steven Bossard à Châteauroux a nettement simplifié la tâche du vendéen puisque délesté de l'homme aux 12 victoires consécutives sur la scène nationale, mais cela n'enlève en rien le niveau de performance affiché par le pilote de la Twingo.

Un niveau de performance qu'il convient d'ailleurs de pondérer. En effet, les problèmes moteurs rencontrés sur la Twingo depuis le début de saison n'ont pas permis à Olivier de pouvoir prouver sa valeur réelle. Avec un propulseur de remplacement rendant une vingtaine de chevaux à l'original à Dreux, Faleyras puis Châteauroux, la structure Olymeca a dû se faire violence pour suivre le rythme imposé par la concurrence. Sans compter que la Renault Twingo est arrivée pour l'ouverture du championnat à Dreux sans avoir effectué le moindre test. Autant dire que ce début d'exercice 2011 se traduit dans les faits, par une totale réussite qui se traduit, quand la mécanique suit, comme à Essay, d'un niveau suffisant pour placer la Renault Twingo parmi les voitures de pointe du continent européen.

"A Dreux, on a pas été loin de le faire sans ce petit problème moteur puisque deux jours avant cette manche, on a cassé un arbre à cames et le moteur de rechange rendait 20 chevaux à la concurrence. Malgré cela, on finit à six dixièmes de Steven, donc la victoire n'était pas loin. Même chose à Faleyras où David casse une transmission en troisième manche alors qu'il avait une bonne chance de jouer la pôle position pour la Finale A" précise le patron de la structure "Olymeca".

olivier david dreux 2011.jpgrakhmatullin ildar lydden 2011 twingo set promotion.jpgPourtant, cette position assurément convoitée de leader du championnat de France, tout comme les résultats obtenus lors de la manche européenne d'Essay ne font pas perdre la "tête" à Jean Olivier, patron de la structure "Olymeca". Pour l'instant, le championnat de France demeure la priorité et il n'est pas question, au moins de manière régulière et assidue, d'aller se frotter à la concurrence continentale en dehors des frontières françaises. Chez "Olymeca", on préfère garder les pieds bien ancrés au sol. Si la Twingo vendéenne a suscité la curiosité, entres autres, d'un certain Jussi Pinomaki, certainement troublé de voir la petite bombe française mettre en échec celle dévolue à son pilote russe Ildar Rakhmatullin, Jean Olivier préfère conserver les idées claires sous ses airs réfléchis. Conscient que son entreprise a toujours été en mesure de construire des voitures au "Top" des exigences imposées par les disciplines dans lesquelles "Olymeca" s'est alignée, battre un des géants du Rallycross européen n'est finalement qu'une situation usuelle pour le constructeur vendéen.

"Non pas du tout, cela ne rentre pas dans nos plans [le championnat d'Europe] pour le moment pour cause de temps. Avec Olymeca, on a beaucoup de travail donc on ne peut pas se permettre cela. Pour nous, cela reste inenvisageable. Par contre, une épreuve ici ou là, pour le fun, ça pourrait se faire, mais pas de façon régulière, à moins de trouver d'autres sponsors. C'est une autre organisation. Pour l'instant, on préfère rester concentrer sur le championnat de France mais ce sera dur car devant, les pilotes vont très très vite précise Jean Olivier, avant de reprendre : On n'a pas été non plus très surpris d'être à la hauteur de Set Promotion. Notre entreprise a toujours été en mesure de faire des voitures qui fonctionnaient que ce soit en circuit ou sur la glace, donc, on était donc conscient, qu'au minimum on serait dans le coup. Après, il est certain que les budgets ne sont pas les mêmes, et qu'avec le prix d'un moteur de la Twingo finlandaise, cela équivaut au prix de trois moteurs pour nous. Ils [Set Promotion] ont regardé notre voiture sous tous les angles. D'ailleurs, si je voulais, mais nous ne le ferons pas par manque de temps, j'ai eu des demandes de pilotes pour construire une voiture".

Avec une place de leader du championnat de France avant cette manche de Lavaré, les hommes de la structure "Olymeca" sont désormais rassurés quant au potentiel de la Twingo. Plus courte et plus affirmée, sportivement parlant, que la Dacia Logan qu'emmenait David Olivier la saison passée, on peut supposer que ce dernier a désormais les armes pour venir à bout de Steven Bossard à la régulière. On se prendrait d'ailleurs à rêver que le toulousain continue son périple dans le cadre du championnat de France tellement la Twingo et la C2 semblent être les modèles à mêmes de triompher, dans une catégorie qui fait la part belle aux Citroën Saxo Kit-car, certes efficaces, mais en bout de développement.

"La Twingo est une voiture de course nettement plus affirmée que la Logan. David a remporté deux courses la saison passée avec la Dacia mais la Twingo est plus typée pour la compétition. Elle est plus courte, plus légère, elle est beaucoup plus équilibrée. C'est une meilleure base qu'on peut d'ailleurs comparer à la C2." préfère conclure Jean Olivier, assurément satisfait de ce début de Championnat de France.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu