Avertir le modérateur

02/02/2011

Rallycross France : Interview Fabien Pailler

pailler fabien portrait.jpgpailler fabien loheac 2010 jump.jpgQuatrième du dernier championnat de France de Rallycross, Fabien Pailler repartira en 2011 au volant de la 207 WRC « Pailler Compétition » pour un programme français complet. En attendant d'améliorer son score de la saison passée, Fabien a bien voulu se prêter, pour nous, au jeu des questions-réponses ...


Tu as participé à ta première saison complète en championnat de France de Rallycross, qui plus est, en division 1. Dans quel état d'esprit as-tu abordé ce challenge ?

Fabien Pailler : Avec un esprit de découverte. J'avais besoin d'apprendre. Je pense qu'il faut un minimum d'expérience avec ces voitures de Division 1 pour être vraiment performant. Il faut pouvoir atteindre les limites de la voiture en permanence, sans pour autant les franchir. C'est un exercice délicat qui demande du roulage.


En quoi le fonctionnement d'une D1 diffère t-il des autres voitures que tu as déjà eu l'occasion de prendre en main ?

FP : D'après mon expérience, le seul type de voiture auquel je peux comparer les D1, c'est les voitures de D3 ou du Trophée Andros. Il y a une grande différence. Les moteurs turbo des D1 sont plus pointus a utiliser. En fonction de l'utilisation plus ou moins bonne qu'on en fait, on peut se retrouver dans des plages de régime ou la puissance est faible, puis, d'un coup se retrouver en patinage après l'amorce du turbo. Il faut en permanence compenser ces phénomènes par du freinage « pied gauche » qui nécessite, là aussi, de l'expérience pour être efficace.

 

Avais-tu des objectifs concrets en début de saison ou bien, ton appétit est-il venu progressivement?

FP : En terme de résultat on avait pour objectif le podium du championnat. On fini la saison à la quatrième place. Mais l'objectif premier pour moi, c'était d'apprendre et d'accumuler de l'expérience. Cet objectif est atteint. Avec l'équipe, j'ai compris beaucoup de choses cette saison.


T'attendais-tu à autant de résistance de la part de tes collègues de la Division 1 ?

FP : A la vue des engagés en début de saison, on savait que ça allait se jouer à pas grand chose. C'était très serré du début à la fin.


Tu as frôlé la victoire plusieurs fois cette saison. Avec le recul, qu'est ce qu'il t'as manqué pour parvenir à l'emporter ?

FP : Je pense qu'il m'a manqué de la confiance au début et de l'expérience par la suite. Ce sont souvent de petites erreurs de jeunesse en finale qui m'ont couté la victoire.


Avec le recul, y aurait-il des choses que tu referais de manière différente si tu en avais la possibilité ?

FP : Oui, je serrerais à la corde à Mayenne dès la ligne droite, et je ralentirais moins dans le 1er droite de Faleyras [sourire]

Quelle course considères tu comme étant la plus aboutie cette saison et pourquoi ?

FP : Mayenne. Car nous avons été les plus rapides du début du weekend jusqu'à la Finale A.


Ton pire et ton meilleur souvenir cette saison ?

FP : Mon pire souvenir c'était essay2 ou je n'ai jamais pu faire une manche claire. C'est très frustrant. Mon Meilleur souvenir c'est la pôle de Mayenne.


Tu repars pour une saison complète en France pour 2011. Quels seront tes objectifs?

FP : On part pour gagner sans aucun doute. J'ai maintenant une bonne connaissance et la voiture, de la course et on est maintenant habituer à travailler ensemble avec l'équipe.


Tu as vécu ta première confrontation avec les pilotes européens à Kerlabo à l'occasion de la manche française de l'ERC au mois de mai dernier, as-tu abordé cette course différemment des autres ?

FP : Oui un peu. C'était quelque chose d'exceptionnel. Depuis que je suis petit, je vois ces fous furieux s'affronter entre eux, et cette fois, je me retrouvais dans l'arène avec eux. C'était un pied énorme ! Ils vont très, très vite, et ont beaucoup moins de complexes que nous. Les pneumatiques Avon sont extraordinaires. Ils autorisent un pilotage beaucoup plus agressif et spectaculaire, contrairement à ceux dont nous disposons dans le cadre du Championnat de France. C'est agréable de pouvoir se lâcher au volant avec ces pneus.


Tu as longtemps suivi les pas de ton père dans les paddocks européens quand tu étais plus jeune : est-ce que la possibilité de participer à un championnat d'Europe complet trotte dans un coin de ta tête ou pas du tout ?

FP : Oui sans aucun doute. Les paddocks du championnat d'Europe me sont aussi familiers que ceux du championnat de France. Je suis quelqu'un qui adore les voyages. Je connais bien la culture nordique et leur amour pour le sport auto. Ce sont de très bon pilotes qui ne laissent rien au hasard. Mais je sais qu'il me faut encore progresser pour pouvoir bien y figurer.


Si tu devais changer une seule chose dans le fonctionnement du Championnat de France de Rallycross, que ferais-tu en priorité ?

FP : Je changerai les pneus.

Si tu devais t'essayer à une autre discipline, laquelle serait-elle ?

FP : J'ai beaucoup d'admiration pour les pilotes de Rallye. C'est quelque chose que j'aimerais essayer si un jour j'en ai l'occasion.

 

Site web Fabien Pailler : www.fabien-pailler.com

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu